POÉSIES

par Mā  -  6 Avril 2020, 09:09  -  #Textes

꙳ ꙳ ꙳

Barbe bleue

 

A la lisière des mots

- Tus -

Les coutures élastiques    de nos mensonges pudiques.

 

Evidant le néant, effleurant la peau,

Tu t’ensommeilles    de visions chamarrées,

De reflets miroitants   et de voiles    et de brumes…

 

Tu t’enfumes.

De volutes d’encens      pourpres et violines,

De lumières irisées      sur la nacre des peaux.

 

Sous la nudité crue    des corps absurdes,

Squelettes entrechoquant

D’un cliquetis étrange    leurs os

 

À la nuit dérobés, ensorcelés de Lune,

Des vallées dévoilant leurs iris violettes,

Le velours de loups tout brillant d’étoiles …

 

Mais sous le poison de tes rêves bleutés,

De jouvence luxuriante et de sources éternelles,

Je dépose ici,    gisante,     une fleur rouge sur la neige.

 

 

Mā Thévenin, le 16/11/2020

꙳ ꙳ ꙳

Logos

 

Des échafaudages de mots jetés dans le Vide

Vers les étoiles

Et la peur de l’Inconnu

 

Structures complexes, arborescences logiques,

Dressées haut / Dressées Au-dessus / De nos Os

De nos gouffres en mouvement, nos terrains glissants,

Nos pentes dangereuses …

 

Constructions savantes, géométries hasardeuses ou héroïques

 

Conjurant l’Aléatoire de nos Infiniment Petits

De    nos     Infi-Nie-Ment In-existants

De nos Indéfinis, désirant des états d’âmes

En dents-de-scies-infinitésimales

 

Minuscules trapèzes

être-anges volant sur des précipices

Comètes déroulant leurs longues queues de chiffres

déjà caduques

Nombres démembrés

glissant leurs trajectoires vers les Années-Lumière …

 

Les Années XXXX

(où X est l’Inconnue de nos intersections

le pluriel de nos multitudes

le vertige croisé de nos rencontres)

 

Pourrions-nous nous rassurer par des géométries planes, des repères et des dates ?

Des quantités mesurables ?

- Où est le Nous, est-il Somme, résonne-il en nous ?

 

Brindilles éparpillées et vagabondes,

Tourbillonnant de vagues en ressacs,

Parmi les Vestiges de l’Arbre

Qui nous avait servi de refuge…

 

Au Nom du Père

 

Mā Thévenin, le 18/10/2020

꙳ ꙳ ꙳

Tao

 

Son visage d’enfant a projeté sur les murs

Les ombres de ses peurs

Et de ses illusions

 

L’une d’entre elle a mordu

Dans ma nuque comme dans la chair

D’un fruit

 

Tapie, immobile, j’attends

(Mille petites aiguilles plantées sous ma peau)

Que la mâchoire se desserre

 

Le « je » danse dans ses rêves,

Le pommier dort.

Le fruit mûrit.

 

Un essaim bourdonnant nous caresse et frelône

De ses mille yeux

La Nuit    au-dedans    ouvre ses paupières

 

La Nuit     tapissée de sel

La Nuit     aiguillée d’étoiles

La Nuit     agrandie

 

Dans le lent déroulement

De l’axe du ciel

L’aimantation d’un cœur aimant

 

La lune / polarise / la limaille / de nos veines

D’infimes poussières / s’ordonnent

Des fils minuscules / se tissent

 

[Constellations]  

  [Synapses]

 

De ses mille cordes chantantes

L’Univers nous traverse

Et construit sa toile

 

Dans les fils divins, argentés de lune,

Le Tao de l’araignée harpiste.

 

 

Mā Thévenin, le 15/09/2020

꙳ ꙳ ꙳

 

Retours d’Expérience

 

Surfaces   de contacts.

 

Par les mille yeux   de l’hydre

Les mille reflets   du miroir brisé

Réfléchis

 

Enveloppés/développés

Le feu de l’âme   brûle dans l’âtre

Grêle / Frêle / Dansant

Tournoyant

 

Éreinté   à l’infini,

Le « Je » se pose

Ici, et là…

 

Papillon voletant   sans savoirs,

Sans vêtements, sans circonstances

Atténuantes

 

Éreintant   les rainures, les brisures

Enchevêtrant les fils

Démêlés

 

Feu dévorant la toile

Fragile  /  des papiers de Soies

Irisées et éparses

 

Ô Tendre Phoenix

Enveloppe-moi   dans la nuit   de tes cendres

Encore tièdes

 

 

Mā Thévenin, le 08/09/2020

POÉSIES

꙳ ꙳ ꙳

 

Fruits rouges

 

Penchée aux fenêtres de la chambre mauve

Qu'est Ce qui est tombée

Au dehors ?

 

Dans les brumes bleutées de la nuit

Quelques pas ont laissé sur la neige

Des ombres violettes...

 

La ligne des cimes, quittant le jardin de roses

S’enfuie

Dans la forêt profonde

 

Écrabouillant les mures sauvages et les baies rouges

 

Il ne reste maintenant qu’à

Enlever les épines

Une à Une

 

Encre noire des échardes glissées sous la peau

Poussière des anges.

 

Mā Thévenin 16/07/2020

 

꙳ ꙳ ꙳

La chambre mauve

 

 

Dans la chambre aux contours invisibles,
A l’ombre fraîche des reflets de neige 
Ultra-violets 

 

Derrière le miroir des blancs névés 
- ses lignes sur l’horizon, ses lents silences aux courbes froissées -

 

Sur les draps du dedans / sous les draps du dehors

 

J’enlace l’espace
D’un univers chiffonné
En quête de raccourcis et de points de contact

 

Remonte les toboggans des cascades de rires
Traverse des tunnels kaléidoscopiques
Ouvre la porte de labyrinthes aux jardins électriques 

 

Cherchant encore, Sans dessus-dessous
Où est le dedans, où est le dehors 
A travers le mince voile de la peau

 

(Où te retrouver intacte)

 

Sous l’onde diffuse, Ici et au-delà
Des fluides sonores et des fragments de Vie
Ce si vibrant Présent…

 

Retrouver Le Nid et la Voix d’avant 
Les dunes invisibles,
Les encres Violettes.


Mā Thévenin, le 11/07/2020

 

꙳ ꙳ ꙳

 

POÉSIES

 

Sous les pierres, parmi les sucs d’ombre et de mousse

 

Je mets tous ces mots dans un sac,

sac d’os, sac de boues,

et puis du jus des myrtilles et puis je secoue sur la mousse...

 

Au pied des pierres, un nid d’humus.

Liqueur d’os-suaire

ambre et bois sauvage où sourd la Source.

 

Résurgence.

A l’ombre fraîche, os broyés,

lichens sauvages des améthystes.

 

Germination - lente -  

dans la saveur sucrée des tiges

Violettes...

 

Mā Thévenin, le 04/07/2020

 

꙳ ꙳ ꙳

 

 

Cendres

 

Coquille de noix

Navigant sur le fleuve

Eve égarée / Evadée.

 

Enveloppe ouverte

Et vide

 

Œufs de poisson    tortue    escargots

Tout autour...

 

Laitance flottant - comme un embrun marin -

Trésor éparpillé.

 

Reconsidère la forme,

« Entre-deux »

 

La forme vide  

Aux cent contours

 

Cendres de plumes.

 

 

Mā Thévenin, le 20/04/2020

 

 

꙳ ꙳ ꙳

 

L’effet papillon / L’empreinte envolée

 


De l’épaisseur d’un cil
Le baiser du papillon
Posé sur la tige

 

Envoûtement léger 
De la soie
De l’air qui poudroie

 

Elaguer le désir infime
D’une Présence
D’une Absence

 

Entre deux battements
De cils
Ce qui est - et déjà - n’est plus…

 


Mā Thévenin, le 08/04/2020
 

꙳ ꙳ ꙳

 

Ondine

 

Rien.

 

Eboulement minuscule.
Cent mille grains de sable s’effondrent
Égrenant les secondes

 

Particules éparpillées dans le vide
Que ma main saisit – Rien.
Se referme

 

S’accrocher aux étoiles
Toute habitude sens dessus-dessous
Anticiper la chute

 

Ou bien

 

La fuite, dans l’eau profonde et noire
Mille reflets de lune glissant sur l’onde de choc
Evadées au-delà de l’été - luminescent

 

Soudains changements de paradigmes
Souffle en suspens
Avaler l’ombre épaisse d’obscures Atlantides

 

Dans le creux infime des avalanches
Dévalant les parois des grottes sous-marines
Echangeant les valeurs

 

Le blanc / le noir - l’envers et l’endroit
Le haut et le bas
Empreinte hirsute de l’absurde

 

Petite Ondine
Remonte le fleuve jusqu’à la source
Et tranche les liens

 

Avec l’éclat de ta lame sur tes écailles
Et le couteau du boucher taoïste
Entre les os de la Terre et du Ciel

 

Mā Thévenin, le 02/04/2020

 

꙳ ꙳ ꙳

 

Navigateur

 

Seul au milieu des étoiles
Dérivant dans d’obscurs abysses
Cherchant un point solide de l’espace-temps

 

Un coin dur
Aux angles ouverts et saillants
Où est le « je », le « tu »

 

Cherchant la limite
D’un centre infini / mille périphéries
Ou le contraire

 

Tes doigts posés sur la table
Quelques millimètres carrés de respiration

 

Ne rien attendre
D’Autre

 

Que la pression atmosphérique sur ma peau
Les courbes infinitésimales d’une ligne de fuite
Et les oscillations du son

 

Chiennes de rage / Couchées à mes pieds
Dormant sur Ithaque.

 

Mā Thévenin, le 23/03/2020

 

꙳ ꙳ ꙳

 

Chants magnétiques

 

Lents dedans / Au dehors
Vus

 

Evaluant des envolées
Validant des valeurs
Remontant le courant de nos veines
Jusqu’à nos cœurs / tapis / immobiles

 

Cachés,
Prêts à mordre,

 

Vérifiant des données (déjà vues)
Chavirant les vrilles de tes lobes auriculaires
Retournant au néant de tes entrailles.

 

Avenant / A venir / Envenimé

 

Manger l’herbe jusqu’à la racine des étoiles
Arracher l’obscur d’un coup de dents
Avides

 

Avaler le limon des fleuves / dévoiler des licornes

 

Nue - érodée et aride
Engloutir les ténèbres et tout l’univers
Gueule ouverte, fumante lave

 

Ereintée / Enlevée / Dévalée

 

Aimanter la limaille / Fer de la poussière
Ensemencer les champs quantiques
Revenir à rien -

 

A l’Essentiel -
Chants magnétiques...

 

Mā Thévenin, le 22/03/2020

 

 

꙳ ꙳ ꙳

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :